mercredi 5 octobre 2016

Partager son temps...

Je pourrais parler de gestion du temps, de son horaire, de ses priorités... Mais je n'ai pas envie d'aborder le sujet dans ce sens.

J'ai l'impression que chaque journée est une grosse tarte à séparer en pointes... C'est moi qui choisi le nombre de pointes et la grosseur de chacune de celles-ci.



Mais que se passe-t-il quand la tarte est trop petite pour le nombre de pointes et la grosseur qu'on aimerait leur donner?

Il faut choisir me direz-vous? Il faut faire des compromis? Il faut accepter que rien n'est parfait?

À cela, comme toute personne normale qui est fatiguée et un peu dépassée par le temps, je vous répondrais: "Je sais déjà tout ça, je n'ai juste pas envie de l'accepter!!"

Il faut aussi trouver son équilibre dans le partage des pointes pour trouver son bonheur... Ben oui... Ça aussi je le sais.

Mais il y a des choses sur lesquelles on ne peut pas faire de compromis. Comme dormir... On a tous besoin de dormir. On a tous des besoins de sommeil différents... Moi, j'aurais besoin de nuit de 12h pour être "top shape". Mais, ça impliquerait que je me couche à 19h et que je me relève à 7h pour préparer les enfants pour l'école. Avez-vous déjà essayé de faire rentrer une vie dans le 12h qu'il reste entre 7h du matin et 19h? On s'entend que la moitié de ta tarte passe en sommeil...

Il y a aussi la nourriture... On doit tous manger... encore du temps obligatoire à caser dans nos pointes de tartes... Si on mange pas, on a pas d'énergie, on est marabout et on arrive pas à faire ce qu'on doit faire avec les autres pointes de tartes... Mais pour manger, il faut cuisiner.... encore du temps de grugé sur la tarte... Et on ne parle pas des lunchs des minis et des quarante milles collations qu'il faut préparer aussi...

Et... autre partie obligatoire: on doit travailler si on veut arriver à se payer de la bouffe et avoir un toit sur la tête pour dormir...

La tarte est déjà pas mal entamée et on a pas parlé de ménage, lavage, vaisselle, commissions et compagnie...

On a pas parlé de maladies, de rendez-vous à la clinique ou chez le dentiste...

Moi, je voudrais:

Du temps pour dormir un peu plus (ça paraît que je me sens brûlée ben raide depuis la rentrée?), du temps pour relaxer, du temps pour cuisiner pour le plaisir et sans pression, du temps pour prendre mon café, du temps pour étudier, du temps pour jouer avec mes enfants, du temps pour inviter des ami(e)s à manger...

Mais, j'ai bien de la misère à le faire rentrer entre les pointes de tarte obligatoires...

Je peux bien chiâler me direz-vous... même en criant ben ben fort, même en braillant toutes les larmes de mon corps et même en cassant tout ce qui me tombe sous la main, ma tarte sera jamais plus grosse et ne comptera jamais plus de 24h... Ma semaine n'aura jamais plus de 168h...

Je vous répondrai la même chose que tout à l'heure: "Je sais déjà tout ça, je n'ai juste pas envie de l'accepter!!"

Ce billet ne vous offre pas de solution dans le partage des pointes de tarte. Hélas non, je n'ai pas de recette magique à vous offrir. En fait, la recette on la connait tous: "On peut pas tout avoir dans la vie, si tu n'es pas content, fais des changements, fais des compromis et passe l'étape de déni et fais ton deuil sur certains trucs!" mais... vous êtes peut-être comme moi... Vous êtes grognon et vous avez juste envie de chiâler un peu... Si c'est votre cas, je compatis! Je vous partagerais bien une pointe de ma tarte pour vous aider mais... comme vous le savez maintenant, je n'en ai pas de "lousse"...

lundi 12 septembre 2016

Défi 21 jours sans Anxiété? Jamais!!!

Quand je n'ai pas grand chose à faire (lire ici, j'ai fait le tour de mon fil d'actualité Facebook et Twitter et que j'ai lu toutes les nouvelles intéressantes de la Presse...), je vais faire un petit tour sur Pinterest...

Pour ceux qui ne connaissent pas trop Pinterest, c'est une sorte de catalogues d'idées de toutes sortes. Il y a un fil d'actualité sur lequel on vous affiche des trucs en lien avec vos intérêts.

Donc, hier soir, avant de tomber dans les bras de Morphée, je suis allée faire un petit tour sur Pinterest. Sur mon fil d'actualité est alors apparu l'image d'un petit calendrier qui avait pour titre quelque chose du genre "Défi 21 jours sans anxiété".

N'étant pas un exemple de zénitude ces temps-ci, j'ai décidé de cliquer pour aller lire ce qui était écrit sur le charmant petit calendrier (sous lequel se trouvait une charmante image d'une femme riant sous un parapluie bleu). Au début, rien de trop compliqué... Exemple: Jour 1, dessiner dans un livre à colorier, Jour 2, faire des exercices de respirations. Et bla,bla,bla! Je ne trouvais pas ce défi très chinois et, pas que ça me tentait vraiment mais, j'aurais été prête à lui donner une chance.

Mais... Ça s'est gâché lorsque j'ai lu LE jour 11: "Retirer la caféine de votre vie".



On a tous des limites... La mienne est là!!

Ça fait que ce matin, je prend deux minutes pour respirer ET boire mon cappuccino en écrivant ce petit billet. À chacun sa recette!

vendredi 29 juillet 2016

T'as 30 ans, t'es plus un bébé!!



Tu aimerais te pitcher par terre et taper des poings et des pieds pour manifester ta colère ou ta détressse? Oubli le projet, t'as 30 ans et tu sais que le plancher est plein de germes, microbes, bactéries et compagnie et ça te tente pas de te salir ou d'attraper une cochonnerie!

Tu aimerais pouvoir lancer tes cahiers, ton agenda, tes stylos et compagnie parce que t'es contrariée? Oubli ça, t'as 30 ans et tu sais très bien que si tu brises quelques choses, tu vas devoir le repayer et que c'est toi qui va devoir ramasser le bordel après.

Tu aimerais pouvoir aller bouder dans ta chambre pendant que le souper se prépare tout seul? Oubli le projet, t'as 30 ans et la magie, ça n'existe pas, le souper ne se préparera pas tout seul et les enfants vont chiâler!

Tu aimerais ça passer tes journées à manger et dormir, rien de plus? Oubliiiiiiii ça! Tu as 30 ans et deux enfants que TU dois nourrir!

Tu aimerais chiller tout la journée bien confo dans ton pyjama?? Oubli le projet, comme tu as 30 ans et qu'il ne se passe pas une journée sans que tu doives sortir de la maison, tu vas devoir un moment donné t'habiller!

Mais tu sais quoi?? Y'a pas juste des oublis ça... Y'a quelques petites choses que les trentenaires ont le droit de faire qui est chouette et que les bébés ne peuvent pas faire.

Tu meurs de savoir c'est quoi hein?

1- La thérapie par le shopping.
2- Faire garder les enfants (on s'entend qu'ils ne peuvent pas faire garder leurs parents!)
3- Déboucher une bouteille de bière/vin/champagne ou boire n'importe quel autre truc alcoolisé auquel vous pouvez penser!

Voilà!!!

lundi 11 juillet 2016

Tout recommencer...



Si vous m'aviez rencontré à 10 ans, à 15 ans, à 20 ans et même à 25 ans et que vous m'aviez dit qu'un jour, j'allais trouver que la vie va trop vite, je ne vous aurais jamais cru...

Au primaire, je rêvais d'être une adulte. Je me voyais porter un tailleur et des talons hauts. J'avais hâte d'entrer au secondaire pour me rapprocher le plus vite possible de ma vie d'adulte.

Au début de mon secondaire, la vie n'avançait jamais assez vite. Je me tenais avec du monde plus vieux que moi, comme si ça allait m'aider à arriver à l'âge adulte plus vite! 

Au milieu du secondaire, je côtoyais très peu de gens. Dans ma tête, ces ados-là et moi, on était pas à la même place. Moi, je voulais être une adulte. J'étais sérieuse. Je voulais être avocate.

Vers la fin du secondaire, j'avais réussi à me faire quelques amis de mon âge mais je travaillais, j'avais un chum plus vieux que moi et je rêvais toujours d'être une vraie adulte! J'étais sérieuse. Trop sérieuse et ma vie n'avançait pas assez vite. Certains étudiants qui étaient avec moi en français m'appelaient "l'avocate" et c'était pas pour être gentils... Au fil du temps, on a tous appris à se connaître, ils ont bien vu que c'était une grosse façade et je suis devenue la "gentille avocate". 

L'été de mes 17 ans, je l'ai passé à travailler, à sortir dans les bars et à vivre à temps partiel dans l'appartement de celle qui était devenue ma meilleure amie! Elle était à peine plus vieille que moi mais elle avait une "vraie" job et était dans le vrai monde.

Le cégep... Quelle farce! J'avais choisi de faire un pré-universitaire en sciences humaines pour aller plus vite à l'université.... 

Rien ne s'est passé comme je voulais. J'ai fini par m'inscrire au BAC en administration des affaires... Trop peur de me planter en droits et de donner raison à mon chum qui me disait "Je pense pas que tu serais bonne là-dedans. En plus, c'est très compétitif." Moi qui avait toujours été perfectionniste et qui avait toujours voulue être meilleure que les autres... J'ai eu peur. Peur d'essayer... Peur d'échouer... Je manquais de confiance en moi... En mes capacités... En mon intelligence.

La vie n'a pas avancé plus vite par la suite... Ben non! J'ai décidé de convertir mon BAC en certificat et de travailler à temps plein plutôt qu'à temps partiel comme agente d'assurances. J'étais bonne, j'étais mince, belle et intelligente. Je réussissais bien et j'étais certaine de grimper les échelons bien plus vite en choisissant ce scénario là.

Mon chum était plus vieux, il voulait une maison. Ça tombait bien, j'avais une vraie job et là, avec une maison, j'allais être une vraie adulte! Moins de 6 mois après avoir acheté la maison (et à peine plus en tant qu'employée à temps plein!!), on a décidé d'avoir un enfant. Il approchait la trentaine et il ne voulait pas se voir collé avec des enfants à la maison à l'âge de sa retraite.

Le bébé, ça m'éloignait de la carrière mais c'était temporaire! Je suis revenue au boulot après 9 mois de congé de maternité. Une collègue qui avait un cheminement assez collé au mien et avec qui j'avais été en compétition pour une promotin était rendue pas mal plus loin que moi après ces quelques mois où j'étais en "congé" mais j'avais bon espoir de la rattraper...

Dans mes rêves... oui!

Je suis revenue et on m'a dit "tu dois recommencer à zéro et refaire tes preuves. By the way, on a changé le processus alors compte par sur une promotion avant au minimum un an et demi!

Je n'allais pas laisser les choses se passer comme ça. Si tous les chemins menaient à Rome, j'avais simplement à changer de département et donner mon 110% pour arriver à avoir le poste que je désirais en moins d'un an et demi.

Et c'est ce que j'ai fait. J'ai vécu ma vie à cent milles à l'heure! J'ai enchaîné les projets, les idées et les rencontres avec ma directrice.

Elle me disait qu'il fallait prendre mon temps. Elle ne comprenait pas que c'était une course! Je détestais ma job, je n'allais pas faire ça pendant des années voyons!

Puis, le 2e bébé est arrivé... Et là, je me suis demandée où la "MOI" que j'avais toujours voulu être était passée... Le temps était passé... Trop vite. Je n'avais rien savouré... J'avais une tonne de regrets et à peine 25 ans passé...

Mais... Cette prise de conscience a été passagère... Je suis retombée dans le "c'est pas vrai que je vais faire une job que je déteste toute ma vie et que je vais brailler sur mon sort avec "même pas de diplôme" en plus!!!" Je me suis relancée dans une année folle au travail. Je préparais mes tout-petits le matin, je les embarquais dans mon gros VUS, on bravait le trafic, je les "droppais" au CPE et je filais au boulot. À 17h, je les repognais et on retournait jouer dans le trafic. Les jours étaient des courses! Mais c'était pas grave, quand on court, on avance plus vite non?

Je suis tombée malade, un an à la maison... Un an à voir la trentaine approcher au travers des migraines infernales.

Un jour, elles se sont calmées et je suis retournée travailler... J'avais beau essayer de m'accrocher, je détestais cette job que je ne pouvais pas quitter. Au final, c'est elle qui m'a quitté et ce fût une des plus belles choses qui soit arrivée dans ma vie.

J'avais une chance. La chance de pouvoir recommencer ma vie à 30 ans.

Si vous m'aviez dit à 10 ans, 15 ans et même pendant mes années de Cégep que je déciderais de retourner aux études en droit à 30 ans... Je ne vous aurais pas cru. Je vous aurais répondu: "Impossible, à 30 ans, je vais être avocate."

Je ne regrette rien de ce que j'ai vécu. J'ai tellement appris! Et maintenant, je suis prête pour être une version encore meilleure que celle que j'avais imaginé plus jeune...


vendredi 24 juin 2016

Anger management!



Bienvenue à tous au cours Gestion de la colère 101!

Ce cours est gratuit, vraiment gratuit. Je vend rien suite à la lecture de ce cours. Je ne suis pas psychologue ou thérapeute truc machin. Je suis juste une femme ultra-méga-colérique.

1ere façon de gérer  sa colère:

Le yoga!

Ben oui, je l'ai essayé et... ça marche.

4-5 séances de yoga par semaine. Ajoutez à ça une bonne alimentation, moins d'alcool et de café et c'est tiguidouuuuuuuuuu!

Mes amies me trouvaient tellement plus zen et en plus j'étais plus en shape. Mais, ça demande de ne pas lâcher et ça demande de s'impliquer à 200%!

C'est la première façon à essayer. Si ça ne marche pas ou si on lâche en cours de route, on passe à la 2e...

2e façon de gérer sa colère:

Le "je m'en foutisme"

Pourquoi est-on en colère?? Parce que ça vient chercher quelque chose en nous. Ça nous heurte et ça nous fou en colère.

La solution? Le "je m'en foutisme"!

Exemple: Quelqu'un vous dit quelque chose qui normalement vous fouterait en rogne?! Respirez par le nez et parlez-vous intérieurement en "je m'en foutisme".

C'est quoi parler en "je m'en foutisme"??

Exemple de discours intérieur en mode je m'en fou:

"Ben oui mon espèce de Tata, tu t'y connais tellement là-dedans hein? Tu ferais sûrement mieux que moi hein? Mais tu sais quoi? Je veux pas le savoir car JE M'EN FOU!!!!!!!!!!!!"

3e façon de gérer sa colère:

Note très très très importante: appliquer avec modération car peut causer une dépendance.

L'alcool!

Quelque chose vous fait "plus que suer"? Ouvrez-vous une bonne bouteille de vin, décapsulez-vous une bière ou même popez un bouchon de champagne!!

L'ivresse aide parfois à relativiser les choses.

Note pouvant vous donner des points bonus: toutes les solutions précédantes ont un effet qui se multiplie à l'infini quand elles sont jumelées à la complicité de bonnes (ou bons!) amies qui vous écoutent chiâler ou vous plaindre!

Namasté!

La folle trentenaire!


mercredi 22 juin 2016

C'est pas ma faute voyons!!



Vous en connaissez sûrement des gens qui n'ont que cette phrase-là dans la bouche "c'est pas ma faute!!"

Hier encore, j'avais un débile qui me collait au cul pour embarquer sur l'autoroute. J'aurais bien aimé aller plus vite mais cette foutue section est en construction et il y avait des chars devant moi.

On a donc embarqué sur l'autoroute et changé de voie. Mais ça n'allait pas encore assez vite dans la voie du centre. Il a donc décidé de se tasser dans la voie rapide... Le tout sans faire d'angle mort... Bravo champion hein? Ben le champion s'est fait klaxonné par le véhicule sur lequel il allait se tasser.

Jusque là, tout semble normal hein? La suite est pathétique. Le champion en question est aussi un adepte du "c'est pas ma faute". Ça fait que le champion, au lieu de se sentir mal de conduire comme un épais trop pressé, s'est mis a engueuler le conducteur et à se faire aller les baguettes en l'air! "C'est pas ma faute si j'ai failli te rentrer dedans, c'est pas parce que je conduis mal, c'est parce que tu avais pas d'affaire là!"

C'est un exemple parmi tant d'autres...

Ce qui fait suer de ces gens là, c'est qu'ils n'avouent jamais qu'ils sont dans l'erreur. Ils déversent sur vous leur colère quand vous refusez de prendre les torts. Et finalement même s'ils savent qu'ils vous causent du tort, jamais ils ne vont s'excuser. Pourquoi?! Ben voyons... Parce que c'est pas leur faute!!!!


J'aimerais bien vous dire que je pense me mettre à cette nouvelle mode moi aussi mais malheureusement je ne suis pas encore assez inconsciente pour ça!

vendredi 17 juin 2016

Tannée d'être la "pas fine"

C'était "tannée d'être la "pas fine"" ou "écœurée des cons"...J'ai choisi tannée d'être la "pas fine", c'était plus gentil...



Hier soir, en allant chercher mes enfants, je me stationne dans la section de la rue réservée aux parents qui viennent chercher leurs enfants au service de garde. Devant moi, dans l'espace "débarcadère", il y a un taxi.

Je sors de ma voiture et me dit intérieurement "Bon ok, on va lui donner les bénéfice du doute, il attend peut-être un parent qui est venu chercher son enfant. Je vais chercher ma fille et s'il est encore là à me retour, je lui parle de la section "débarcadère"." En passant à côté de sa voiture, je le regarde pianoter sur son cellulaire. J'ai le feeling qu'on va se jaser à mon retour et ça me décourage...

Je vais chercher cocotte, ce qui, laisserait amplement le temps au "parent attendu par le chauffeur de taxi" de revenir. En revenant, il est toujours là. Il a même reculé son siège pour être plus relaxe et avoir plus de place.

Je l'aborde: "Bonjour, est-ce que vous êtes stationné ici parce que vous attendez un client?"

Lui: "Non, je prend ma pause ici pourquoi?"

Moi: "Je ne sais pas si vous aviez remarqué la pancarte mais vous êtes stationné dans un débarcadère pour les parents qui viennent chercher leurs enfants à cette école?"

Lui: "Et alors?"

Moi: "Alors, si vous n'êtes pas un parent, vous n'avez pas à vous stationner ici."

Lui: "Ben c'est parce que je voulais de l'ombre"

Moi: "Ce n'est pas une raison pour prendre cette place."

Lui: "Ben y'a personne de toute façon"

Moi: SILENCE + YEUX QUI VEULENT TOUT DIRE

Lui: "Bon ok, ok, je vais y aller!"

Ça fait que j'ai été obligée d'expliquer à mes enfants qu'il y a des adultes qui sont comme les petits amis de l'école et qui se foutent des consignes et des autres amis. Ce sont ces mêmes adultes cons qui se stationnent dans les parking d'handicapés ou de femmes enceinte ou jeune famille.

J'étais fâchée et tannée de rencontrer des gens cons. Ce charmant monsieur chauffeur de taxi, lui, dans sa petite tête pense que je suis une pas fine qui lui a gâché sa pause à l'ombre. 

Ben sachez monsieur que je suis très gentille et que j'ai été très respectueuse avec vous. 

Et vous savez quoi?! Je ne suis pas certaine que j'aurais eu droit au même respect et à la même politesse si j'avais été me stationner dans l'espace de rue réservé aux taxis devant le métro. Vous croyez qu'ils m'auraient laissé rester arrêtée là pour avoir une pause avec de l'ombre en attendant mon chum qui arrive en métro?  On sait tous que non. Et j'aurais mangé un char de bêtises!

Alors, même si ça me fait suer de devoir parler à des cons, je vais continuer de le faire en espérant que sur la centaine de cons à qui je vais avoir parlé dans ma vie, il y en aura un qui va avoir compris quelque chose.

dimanche 12 juin 2016

Elles



Elles ne sont pas mes "plus meilleures amies depuis le secondaire". (Ça, j'aimerais bien en avoir mais je n'en ai pas. J'ai fait des choix dans la vie qui m'ont emmenée là.)

Elles ne sont pas mes copines-voisines avec qui je prend un drink sur ma terrasse pendant que nos kids jouent ensemble. (J'aimerais bien en avoir ça aussi mais j'ai plutôt hérité de plusieurs voisins non désirables et peu du genre "je prendrais bien un verre avec")

Elles ne sont pas des collègues de travail avec qui je lunch tous les midis pour bitcher contre les politiques de la compagnie! (J'en ai déjà eu mais tu les perds quand tu (ou elles) changes de compagnie).

Elles ne sont pas des amies que je vois à toutes les semaines ou deux semaines. On compte plus nos rencontres en fois par année!

Elles. je les connais depuis quelques années. Elles sont des mamans comme moi. On est différentes mais complémentaires. On ne se juge pas, on s'admire.

Elles sont disponibles pour moi comme j'aime l'être pour elles.

Avec elles, je peux chiâler, pleurer, rire. Malgré les moments difficiles, ceux où j'étais à deux doigts de toucher le fond, elles étaient là. Elles auraient pu partir, rien ne les attachaient à moi. Elles ne sont ni mes voisines, ni mes collègues de travail et encore moins des amies dont nos mamans risquent de se croiser au super marché.

Il y a des jours où j'envie toutes celles qui affichent des photos "ma BFF et moi" sur Facebook. Ces jours-là, j'écris à "elles" pour leur dire! Parce qu'entre des niaiseries de photos de chirurgies botchées et des histoires de "tu devrais te faire gonfler les babines et te faire poser des faux seins", on a des conversations bien sérieuses.

De nos conversations bien sérieuses ressortent de l'amitié, de l'entraide, du support et de l'admiration. On ne se ménage pas tant sur le "là, tu vas m'arrêter ça" ou le "tu devrais pas dire ça!" que sur le "tu es tellement hot!!".

Elles sont mes amies connectées. Des amies avec qui je vais prendre un café pour jaser de la vie une fois de temps en temps... Avec qui il m'arrive de boire sur une terrasse en été... Avec qui je vais à des spectacles de princesses sur la glace... Et le reste du temps, avec qui je partage mon quotidien virtuellement.

Alors, je pourrais continuer d'envier les autres et leurs amies... mais après vous avoir décrit mes deux "Elles", je n'en ai plus envie. Parce que dans la vie, on a 2 choix, on peut se concentrer sur ce qu'on a ou sur ce qu'on a pas. J'ai envie de choisir de me concentrer sur ce que j'ai et c'est beaucoup grâce à elles.

Je ne suis pas peut-être pas leur "meilleure amie", mais je m'en fou, on est plus en 2e année du primaire, elles sont mes "amies point" et cette amitié me convient.

Je vous aime mes deux Elles! xx


mardi 7 juin 2016

Maman grognonne!



Depuis quelques jours, je suis une maman grognonne! Je ne m'endure pas (je dirais même que je n'endure pas grand chose en fait!) et je pogne les nerfs pour rien...

Aujourd'hui, je me demandais même qu'est-ce qui avait bien pu se passer pour que je me retrouve dans cet état...

Et la réponse m'est venue de ma petite sœur!

Tout est en lien avec mon lundi!! 

Pour plusieurs d'entre vous, le lundi, c'est le début d'une nouvelle semaine après un week-end (trop court!!) de repos... Pour moi, le lundi, c'est là que le repos se passe! Ma vraie semaine psychologique commence le mardi!

Le lundi, c'est comme mon samedi-dimanche condensé en quelques heures... J'ai passé la fin de semaine à courir. J'ai cuisiné, je me suis occupée des enfants, j'ai fait du lavage, etc... Alors que les gens normaux en profite pour prendre ça "relaxe", chez-nous, on s'arrange pour pas avoir 2 minutes pour relaxer...

Et... Comme moi (pour préserver un certain équilibre mental) j'ai besoin de relaxer, le lundi est devenu ma journée de repos. J'attend cette journée comme plusieurs attendent que la journée de vendredi soit terminée! Le chum retourne à la job et les enfants à l'école. La maison retrouve son calme et son silence. Personne ne me "dérange".

Mais... Cette semaine, lundi était une journée de marde! J'ai passé la journée à étudier pour un examen à l'université. Je tiens d'ailleurs à remercier l'université qui a décidé de changer les examens qui se font habituellement un samedi ou un dimanche pour les mettre un lundi soir! Ceux qui ont décidé ça n'ont sûrement pas d'enfants...

Ça fait que, mon lundi qui me permet de décompresser, je l'ai passé à stresser. Je l'ai fini cernée jusqu'aux genoux (pas les coudes non, plus bas... Les genoux!!!) avec le cerveau dans le jell-o et un mal de cœur d'épuisement!!

On est mardi, il n'est pas 20h30 encore et je vous écrit en direct de mon lit! J'ai l'impression d'avoir fait un Ironman (je sais, j'exagère!) et je sais que mon prochain lundi est encore loin... Ça fait que pour essayer de survivre jusque là, je vais essayer de me coucher tôt et(par chance!!!) j'ai pris, au début du mois de mai, un rendez-vous chez le coiffeur qui tombe ce jeudi!!! Quand je sors de là, j'ai toujours des cheveux de princesse! Ça devrait donc m'aider à m'endurer.

Pour ce qui est d'endurer les autres... Je ne garanti rien...



lundi 30 mai 2016

DIY et Le plus fort c'est mon père!!

Vendredi, il y a un peu plus d'une semaine, après ce qui m'a semblé être un marathon de deux jours, mon père m'a aidé dans un projet qui me tenait à coeur: une air de jeux pour mes enfants.

Mon chum ne voyait pas l'utilité de faire quelque chose du genre, se disant que les enfants n'iraient pas y jouer de toute façon... Moi, j'y tenais mordicus!

J'ai de la chance car toutes les fois que j'ai des projets de fou, je peux compter sur mes parents.

Ils nous ont aidés alors que nous achetions-vendions nos maisons aux 2 ans sur une durée de 10 ans! À tous les déménagement, ils ont mis la main à la pâte que ce soit en peinturant, en nettoyant, en faisant des boîtes, etc! Ils n'ont jamais hésité à nous offrir leur aide même si tout ça leur semblait fou (et ça l'était, je confirme!)...

Alors, ce vendredi-là, pendant que nous travaillons sous le soleil tapant, je remerciais tous les Saints que mes parents soient là pour m'aider et je me disais que la folie était sûrement génétique pour qu'ils me suivent les yeux fermés dans mes projets. Qu'ils devaient sûrement être aussi fou que moi. En fait, c'est probablement l'inverse, c'est moi qui est aussi folle qu'eux. Nous avons la folie de ne pas avoir peur des défis et... nous sommes fous d'amour de nos enfants.

Ça fait que jeudi midi, je faisais une vingtaine de kilomètres pour aller réserver un petit camion pour transporter mes matériaux (j'en ai profiter pour faire des courses tout l'après-midi tant qu'à être sortie et histoire d'être bien fatiguée pour le lendemain!! (sarcasme +++)). Vendredi matin, après avoir laissé ma grande à l'école, je refaisais le trajet pour aller chercher le camion. Vous m'auriez dit il y a 4-5 ans que j'allais conduire un GMC Savana et aller chercher des matériaux dans une cour à bois, je vous aurais ri en pleine face!!

Pourquoi? J'étais une princesse et une princesse ne fait pas des trucs de même par elle-même!!! Pourquoi?? Parce qu'elle a un prince qui le fait pour elle!! Mais...avec le temps, j'ai été forcée de constater que, moi, mon prince le fait pas alors... soit je ne suis pas une princesse, soit mon prince n'est pas un "vrai" prince.  J'ai donc appris à la dure et trouvé un nouveau mantra: "DIY". Ça veut dire quoi? Do it yourselft! Ou en français: Fais-le toi-même!!!

 Ça fait que (pour me répéter) Il était 8h et j'avais quitté l'île pour rejoindre la banlieue... j'avais 90 minutes pour ramasser mon stock, revenir à Montréal, décharger et retourner le camion... Je devais ensuite courir pour revenir à Montréal, emballer un pique-nique pour 6 personnes dans une glacière (ma fille m'avait donné la veille un papier du service de garde qu'elle avait oublié de me donner qui disait qu'il y avait un gros pique-nique familial pour fêter la semaine des services de garde vendredi midi) et repartir chez le notaire pour renouveller notre hypothèque (c'est la première fois qu'on ne déménage pas après 2 ans!!!!) pour être à l'heure pour le rendez-vous de 11h! Une fois les papiers signées, retour à la maison où mes parents m'attendaient avec mon frèrôt! Il était 11h45, je n'avais pas arrêté 2 secondes (c'était quasiment un parcours à obstacles haha!) et j'étais debout depuis un bail... mais pas question d'arrêter, on avait un pique-nique à 12h! Ça fait qu'on a embarqué mon stock pendant que mon chum mangeait sur le coin de comptoir un croissant au poulet (que (en bonne blonde!) je lui avais préparé) avant de quitter pour aller donner une conférence dans une autre ville....

La moitié de la journée était passée lorsque nous sommes revenus du pique-nique. J'aurais bien été faire une sieste mais, comme je ne suis pas capable d'appliquer à 100% le DIY, j'avais besoin du plus fort des papas pour réaliser mon projet et je n'étais pas pour le laisser tomber en allant faire la sieste pendant qu'il se tapait seul le boulot! Ça fait qu'on a travaillé!

À 17h, j'étais fière de l'avoir, j'étais fière de ce que nous avions fait, j'étais fière de moi. On s'est installés sur le patio avec un bière et des chips pendant que les enfants jouaient dans leur nouvelle air de jeux.

Je vous laisse sur des photos de notre réalisation... L'idée de mon père est digne d'être postée sur pinterest ne trouvez-vous pas?




Bon été!



jeudi 12 mai 2016

La trentaine et les bébés

Les bébés, on les fait quand?

Avant 30 ans? Après 30 ans?

Mon expérience:

J'ai accouché de ma première 2 jours après avoir eu 23 ans. J'avais alors une maison, un chat et un char neuf. J'avais un semblant de carrière qui voulait décoller. Et... ça faisait 4 ans que j'étais en couple. Je manquais un peu de confiance en mes capacités parentales et j'aurais certainement dû ouvrir ma grande "trappe" plus souvent pour dire ce que je voulais et ne voulais pas pour ma fille, pour ma famille et pour moi dès son arrivée au monde. Mais bon... on apprend!

Le retour au travail après le congé de maternité? J'étais prête! Tous les matins, je nous préparais moi et cocotte. J'étais peignée, maquillée et je courais en talons hauts. Je me disais qu'enfant ou pas, ma carrière allait décoller. Rapidement, je me suis rendue compte que j'avais perdu du gallon à ma job. On avait eu le temps de m'oublier, les autres "petits jeunes pas d'enfants" avaient continué d'avancer. Qu'à cela ne tienne, j'ai fait des "moves" et ré-orienté ma carrière en gardant le même objectif. J'allais devenir gestionnaire. J'ai travaillé comme une folle. Je pensais à ma job même dans ma douche! Je m'envoyais des courriels à 11h le soir. Je préparais des meeting sur mon heure de lunch. Ma carrière n'avançait pas assez vite à mon goût. Celle de mon chum, elle, était partie sur une super lancée. Plus jeune directeur principal de la grande entreprise pour laquelle il travaillait alors. Ma boss me disait souvent: "Dans un couple, tu peux pas avoir 2 personnes qui ont une grosse carrière si tu as des enfants." Et moi, je me disais "Moi je vais y arriver. Je vais être une mère parfaite, une blonde parfaite et je vais l'avoir ma carrière!"

Avec le temps, tu réalises que ça ne marche pas comme ça... Et la première chose que tu sais, le deuxième bébé est en route. Mais, c'est pas grave. Tu es jeune, tu as de l'énergie en masse. Et tu te dis que ta nouvelle boss dans le nouveau département dans lequel tu as fait tes preuves ne t'oubliera pas. Tu te dis que tu ne revivras pas le même retour au travail avec une carrière à rebâtir quand tu reviens de congé.



Ça fait que j'étais jeune et pleine d'énergie. Je n'avais plus de crainte. Je faisais mon épicerie avec un bébé naissant et une cocotte de 2 ans et demi les deux doigts dans le nez. On jouait dehors, on allait au parc, on partait en voyage, rien n'était impossible!

Retour au travail après le 2e bébé? Le boss de ma boss a changé. Les orientations de l'entreprise aussi. Ça fait que je me suis retrouvée avec un superbe mandat de transférer les connaissances de mon équipe vers un autre département. J'ai eu ben du fun à faire ça mais après... il restait juste la job que j'aimais pas à faire...

Viens alors le désir de bouger mais la vie bouge pas toujours comme tu veux et quand tu veux...

Revenons donc à nos moutons, les bébés!

Est-ce que ma vie aurait été différente si j'étais tombée enceinte à 30 ans plutôt que 22 ans? Oui. Mais quand je revois comment j'avais de l'énergie et toutes les nuits que j'ai passé à allaiter dans ce temps-là, je me dis que ce serait bien plus difficile aujourd'hui, presque 10 ans plus tard!Non mais sans blague, se coucher à 3 heures du matin, tu peux le faire facilement au début de la vingtaine mais quand tu as 30 ans et des enfants, ça te prend 2 semaines t'en remettre. Est-ce la même chose à 30 ans quand tu n'as pas d'enfants? Peut-être que quand tu as eu des enfants "jeune" tu as moins d'énergie qu'une trentenaire pas d'enfants? Quelqu'un a la réponse?

Côté carrière, ça peut être un suicide pour ta carrière autant en ayant des enfants dans la vingtaine que dans la trentaine. Là, je sonne bien négative mais c'est une réalité bien malheureuse, qu'encore en 2016 des employeurs ne donnent pas de promotions aux femmes mères (on le sait, elles sont bien plus souvent absentes avec leurs enfants malades...!!). C'est peut-être pour cette raison que bien des femmes attendent que leurs carrières soit au top pour fonder une famille... mais encore là, elles ne voudront peut-être pas revenir à cette carrière une fois les enfants arrivés.

Vous avez sûrement déjà entendu des gens dire que si tu attends que tout soit parfait avant d'avoir un bébé, tu peux attendre longtemps et même passer à côté. Moi, je me dis: que ce soit dans la vingtaine ou dans la trentaine, il faut que ce soit votre choix et que vous ayez le désir que votre vie change. Car peu importe l'âge que vous aurez... votre vie va changer!

mardi 10 mai 2016

Humour, sarcasme, ironie et superficialité! C'est ma recette!

Le cocktail parfait! Humour, sarcasme, ironie et superficialité! J'ai trouvé ma jumelle cosmique en Mindy Lahiri!

Je ne suis pas une fille de télé... la plupart du temps, c'est mon chum qui contrôle la manette pendant que je pianote sur mon cellulaire...

Mais... dernièrement alors que j'avais la télé pour moi seule, je suis tombée sur elle! Mindy! Elle est drôle et un tant soit peu nounoune! Une super gynéco célibataire qui a le don de tomber dans les emmerdes. Un personnage de télé dont je n'ai pas eu le choix de m'amouracher... The Mindy Project est ma télésérie fétiche!



Elle vous sort des citations comme:

"I am not overweight. I fluctuate between chubby and curvy."
"I was thinking of getting a tattoo on my wrist that says "Breathe""
"I'm not picky. I just have high standards."
"I have the right to life, liberty and chicken wings."

Et...

"You are not Mindy, you're a warrior, and your warrior name is... Beyonce Pad Thai."

Avouez que ça en bouche un coin hein?

Pour plus de délicieuses citations: http://www.puckermob.com/entertainment/20-quotes-from-dr-mindy-lahiri-to-live-by 

Maintenant que je vous ai exposé qui est Mindy et mon amour pour elle... Je vais vous parler du réel sujet de ce billet...

Mindy jasait tranquillement sur l'escalier de secours de son appart avec Danny et elle a sorti quelque chose comme suit: "I just got good at pretending to like things that I don't like".

Elle pensait avoir changé mais... elle s'est aperçue que non. En fait, elle était juste devenue bonne dans l'art de prétendre qu'elle aimait des choses qu'elle n'aimait pas...

Et là, j'ai eu un flash... et si au fond, c'était un de nos plus gros problèmes de société?

On est malheureux car on ne sait plus qui on est.

Et on ne sait plus qui on est car depuis trop longtemps, on aime des choses que l'on aime pas au fond...

Et tout ça pour être aimé des autres...

Qu'est-ce qui nous importe le plus? S'aimer ou être aimé des autres?

La réponse... Il faut trouver votre recette! Celle qui marche pour vous! Les autres... on s'en fou!

Peut-être avez-vous la bande annonce du film "Mères indignes" qui sortira en juillet 2016... Celle d'une mère qui faisait tout pour être une mère parfaite comme les autres mères de l'école mais qui fini par être épuisée d'essayer d'être parfaite pour les autres...Elle décide de se laisser aller et de faire ce que les mères n'ont généralement pas le droit de faire... Et vous savez quoi? Oui, c'est exagéré mais elle a l'air franchement heureuse!

Voici la bande annonce pour ceux et celles que ça intéresse:




Entre Candy Crush, des recettes gaufres aux bleuets ou de sangria blanche et la fête des mères!

Quand j'écris sur ce blog, c'est parce que quelque chose m'inspire et que j'ai envie de partager. Je n'ai pas envie d'écrire pour écrire... Ça fait que non, mon blogue n'a pas de nouveaux articles toutes les semaines!

J'ai pensé vous écrire sur mon histoire d'amour et de haine avec Candy Crush! J'y ai pensé et je crois même avoir composé le dit billet mais... c'était dans mon lit et je me suis endormie! Alors, le lendemain, je n'avais pas envie de ré-écrire un billet sur Candy Crush, vous comprenez hein?

Puis, j'ai cherché l'inspiration sur internet... tout ce que j'ai trouvé, c'est des recettes de gaufres aux bleuets ou de sangria blanche...

Voici les liens:
Gaufres aux bleuets (en anglais): http://www.fitnessmagazine.com/recipe/blueberry-waffles/
Sangria blanche: http://www.canalvie.com/recettes/sangria-blanche-1.1071636

Est ensuite arrivée la fête des mères! J'ai pensé écrire sur ma mère (un genre d'hommage) ou sur mon chum qui m'a enfin offert un cadeau de fête des mères génial! (Il a emmené les enfants au resto dimanche matin pour me laisser dormir!! J'aurais fait le parallèle avec le cadeau inverse qu'il m'a fait quelques années plus tôt où il m'avait emmené au resto à 7h du mat avec les deux enfants...) mais... j'ai attendu et il était trop tard... la fête des mères était passée.

Bref... je n'avais toujours pas de sujet de billet... Mais... J'ai trouvé un sujet qui me parle... Il me reste juste à écrire le billet...

Restez à l'affût...!

mardi 3 mai 2016

L'été où j'ai fait la connaissance de Julie

L'été de mes 6 ou 7 ans (vous m'excuserez de ne plus m'en rappeler!), j'ai passé des petites vacances chez ma tante qui devait être à ce moment là dans le début de la vingtaine. C'était dans une tour d'appartements à Laval. Mon oncle avait une belle Toyota Paseo turquoise. Je me souviens des baignades dans la piscine creusée et je me souviens qu'ils nous avaient acheté chacune à moi et ma soeur un Troll aux cheveux rouge. Je me souviens aussi d'avoir fait la connaissance, via la télé de ma tante, de Julie.

Je me souviens de son sourire et surtout de son rire! Je nous revois assis sur le divan en cuirette verte émeraude à regarder "L'enfer c'est nous autre". Je me souviens avoir été triste lorsque j'avais appris que Julie nous quittait pour la France. Je me souviens d'avoir été si fière lorsqu'elle a lancé Star Académie. Je pourrais vous sortir bien d'autres "Je me souviens" mais je vais m'arrêter!

Je vais plutôt m'adresser à Julie...

Chère Julie,

Je n'ai pas écouté Tout le monde en parle dimanche dernier. Ben non, j'étais trop occupée à chercher le IPhone 5 de mon garçon de 5 ans et me demandant: "Quel parent est assez con pour donner un IPhone 5 à son enfant?!?"... Finalement, mon chum avait oublié qu'il l'avait caché il y a 3 semaines...

Je n'ai pas écouté Tout le monde en parle mais j'ai lu sur les médias... J'ai lu ceci et c'est ce qui fait que je n'ai pas encore pesé sur "Play"...

Je n'ai pas pesé sur "Play" parce que juste en lisant ce que tu avais dit, je sentais remonter en moi des souvenirs. Ce même vide dans ma tête et dans ma poitrine, je l'ai connu.

«Je me suis retrouvée en pyjama, en petite boule, avec un poncho d’une couleur douteuse, j’étais avec mon café et ma cigarette, en petite boule sur le balcon… J’étais vraiment comme ça. J’étais sonnée, vidée. Je réfléchissais, j’avais perdu ma compagnie… (..) Et j’ai réalisé pourquoi les gens disent que la politique, c’est violent. (…) Et je me suis dit: «Il me semble que Madame Couillard ne doit pas être en petite boule sur son balcon avec une cigarette. Lève-toi donc!»

Julie, on ne se connait pas vraiment mais j'avais envie de te donner les conseils que je me donnerais si j'étais Julie.

Les voici:

1- Écoute ta petite voix. Écoute ton instinct. Écoute ton coeur.
Tu aimes encore PKP? Ben go! Ouvre-lui ton coeur! Tu ne l'aimes plus? Ben go! Tourne la page et écris un nouveau chapitre.

2- Ce que les autres pensent, on s'en fou!!!
Ce n'est pas eux qui vivent avec les conséquences (positives ou négatives) des choix que tu prends. C'est toi. Fais des choix pour toi et assume les!

3- Fais une liste de ce que la Julie dans la vingtaine avait comme objectifs.
Tu peux rayer ce qui est fait. Bravo! Ce qui ne l'est pas? Ça vaut la peine de se demander pourquoi...

Et finalement...

4- Quand tu traverses un moment difficile, dis-toi que demain est un autre jour...

Bisou!


mercredi 27 avril 2016

Le Karma parental

Le Karma parental, c'est quoi?

Étape 1: comprendre c'est quoi le karma.

Bon le karma, c'est comme la somme des actes que nous faisons et ses conséquences dans notre vie.

Simplifié? Fais le bien et le bien te reviendra. Fais le mal et le mal te reviendra.

Ou... encore plus simple... "Crache en l'air et ça va te retomber sur le nez!"




Jusque là, ça va?

Étape 2: est-ce que j'ai vraiment besoin de vous expliquer le mot parental?

On passe à l'étape 3 alors.

Étape 3: relier Karma et parental ensemble et compendre ce que ça veut dire.

Le karma parental, c'est la vie qui vous remet dans votre petite vie de parent, des trucs que vous avez vous-même faits à vos parents! Ayoye hein?

Vous voulez un exemple?

Hier. j'emmène ma belle cocotte chez la coiffeuse. Ses cheveux lui arrêtaient à la moitié du dos. C'était super beau mais compliqué à peigné et ses pointes de cheveux étaient toutes fourchues. Ça fait que, je demande à la coiffeuse de lui couper un bon 3 pouces au moins. Elle lui fait une belle coupe de cheveux et lui boucle même le bas des cheveux. Elle était belle comme un coeur et toute contente.

Jusque là... ça va bien. Ceux qui me connaissent personnellement et qui lisent ceci savent exactement où cette histoire s'en va...

Ce matin, elle prend un éternité à se préparer dans sa chambre (elle et son frère ont alors une belle humeur de m*rde...) et comme ça prend du temps, je lui demande de la cuisine si elle arrive bientôt. Elle se met à hurler et à brailler: "Je veux plus JAMAIS aller chez la coiffeuse!!! Mes cheveux sont tout gâchés!!" Après l'avoir calmé (bon, elle était encore un peu énervée...), elle me dit que là, quand elle attache ses cheveux, elle a juste une petite couette au lieu de sa longue couette et que blablabla, c'est laid.

Se faire lancer ça quand tu as pas encore pris ton café et que tu t'y attendais pas... Outch!

Ça fait que je lui ai dit qu'elle était très belle et que des cheveux ça repoussait.

Où est le Karma dans ton ça?

Enfant (en fait quasiment jusqu'à 30 ans... je pourrais tellement vous en raconter!) dès que je sortais de chez la coiffeuse (ou max dans les 24h qui suivaient), je braillais que j'aimais pas mes cheveux, que c'était laid, que je voulais plus jamais sortir de la maison. À la fin, je pense même que si ma mère avait pu, elle m'aurait enfermé pour ne plus avoir à m'entendre. Au lieu de cela, elle me répondait que des cheveux, ça repousse (ça ou bien "Là, c'était la dernière fois que je t'emmenais chez la coiffeuse!!!!")

Vous comprenez le karma parental maintenant??

mercredi 30 mars 2016

Le silence est d'or

Parfois, je suis un moulin à paroles! Je partage, je fais rigoler, je m'indigne!

Et d'autres fois... les mots ne sont pas assez forts pour décrire la tristesse ou la colère qui m'habitent...

Dans ces moments là, le silence est d'or et il veut parfois dire bien plus que des mots.

Je ne vis pas de grands malheurs ou de grandes tristesses mais je suis tellement peinée de lire ce qui arrive dans le monde en ce moment...

Mes pensées et sympathies sont avec la maman de Jean Lapierre qui a perdu un mari et ensuite ses enfants qui venaient l'aider dans son deuil...

Mes pensées et mes prières sont avec cette maman qui vit une chimiothérapie pour une leucémie après l'accouchement provoqué de ses jumeaux pour la sauver et dont le conjoint est en attente d'une chirurgie... Pour en savoir plus: http://www.mamanpourlavie.com/blogues/maman-24-7/12731-la-lecon-de-courage-de-danielle.thtml

Et finalement, mes pensées et tout mon amour sont avec tous ceux qui souffrent... De la guerre, de la violence,de la famine, d'une maladie, d'un deuil ou de tout autre événement pour lesquels les mots sont superflus...

mercredi 23 mars 2016

La bonne à rien

La bonne à rien...



C'est peut-être la caissière à l'épicerie, une maman croisée à l'école, votre voisine, votre belle-sœur?

Elle n'a pas de carrière.
Pourquoi aurait-elle une carrière? Elle n'est pas assez ambitieuse, elle n'a pas de talents, elle n'est pas assez fonceuse, elle n'y connaît rien. Mais en même temps... Si elle pouvait rapporter un peu plus de cash à la maison, on s'en plaindrait pas!

Elle n'a pas un corps d'athlète.
Ben voyons, elle est bien trop paresseuse! Elle n'est pas motivée et n'a tellement pas de coordination ou d'aptitudes sportives. En plus, elle bouffe ses émotions! Bravo!

Elle n'est pas une bonne cuisinière.
Elle ne sert pas des plats dignes d'un Resto. Elle essaye mais vraiment, elle choisi mal ses recettes et en plus elle n'a pas de connaissances en cuisine. Elle pourrait se forcer!

Elle n'a pas une maison impeccable.
Elle n'est tellement pas soucieuse de son environnement. Elle laisse des vêtements propres dans un panier sans les plier sur le champs. Elle ne fait pas la vaisselle tout de suite après le souper. Elle laisse des papiers à classer traîner sur le comptoir. Le comble, il y a parfois des jouets d'enfants qui traînent dans sa maison!!!

Elle n'est mieux pas espérer se recycler en femme de ménage!
Ben non, elle oubli parfois de passer sur le dessus du frigo! Franchement, qui oubli une place de même! 

Elle est alcoolique.
Ben oui, elle aime prendre une bonne coupe de vin une fois de temps et temps et parfois même un soir de semaine. On ouvrira pas une bouteille pour un mercredi soir pour elle pour risquer qu'elle se gaspille! Pis si elle se gaspille pas et qu'elle la boit dans les jours qui suive, elle est alcolo! Franchement!

Elle est toujours sur le gros nerfs.
Ben là, c'est pas parce qu'elle s'occupe de tout toute seule qu'elle doit stresser, dès qu'elle embarque dans son char, pour les enfants, les devoirs, les bains et le souper voyons! Elle gère tellement mal son stresse! Ça doit être parce qu'elle n'est pas organisée! Et on parle pas de sa conduite au volant...

Elle est cernée jusqu'aux genoux.
Je comprend pas, moi je dors très bien! Elle arrive pas à dormir? Qu'elle arrête de penser. Si elle ne flânait pas dans le jour, elle aurait tout son temps pour faire ce qui la stresse le soir!

Elle est fatiguée.
Ben qu'elle dorme la nuit! Dans le fond, elle est juste une grosse paresseuse qui aime dormir et dire qu'elle est fatiguée est un pré-texte pour aaaaa rien faire et dormir. Tu peux pas être fatigué quand tu fais rien voyons! Et qu'elle se mette pas à pleurer ou à perdre patience! Oh non! Parce que rendu là, elle sera plus juste une bonne à rien! Elle va être une folle!

Elle est une bonne mère?
Ben là, tu parles d'un modèle! Tout le temps fatiguée alors qu'elle fou rien! Et folle en plus!

Une bonne conjointe?
On en parle même pas! On fait quoi quand elle oubli de passer chercher un habit chez le nettoyeur? Elle a juste ça à faire et elle est pas foutue de s'en souvenir!?

Avouez que présentée comme ça, elle a l'air vraiment moche hein? 

Mais... Même si vous la croisez peut-être tous les jours, vous ne savez pas que c'est une bonne à rien.

Pourquoi? Parce qu'elle donne tout ce qu'elle peut et que vous le voyez! Elle n'est pas parfaite. Non et elle pourrait être bien pire. Mais, ce n'est pas une bonne à rien non plus. Et vous, ce que vous voyez chez-elle, c'est tout ce qu'elle a de beau et de bon.

Ça fait que, pour aider un paquet de femmes extraordinaires qui se sentent bien souvent comme des bonnes à rien parce qu'elles se font renvoyer cette image erronée d'elle-même (le texte a l'air exagéré mais je vous jure que des femmes vivent avec de tels jugements au quotidien!) et qu'elles finissent par y croire, je vous suggère 2 choses qui n'ont jamais fait de mal à personne et dont on a jamais assez.

Et c'est.... (Roulement de tambour!!!)

Des compliments et des sourires!

mercredi 16 mars 2016

Les papas sexy!

Avant d'avoir des enfants, je ne comprenais pas les femmes qui trouvaient sexy les hommes qui s'occupent de leur enfant.

À ce moment là, je ne savais pas à quel point ça peut être du trouble s'occuper d'enfants...

Maintenant, j'aurais envie de donner une médaille au papa qui conduit un Rogue et qui va porter sa fille tous les matins à l'école en même temps que moi et qui prend le temps en souriant d'aller la porter jusqu'à la porte et lui donner un bisou.

Ou bien une au mari d'une amie qui changeait tous les matins leur bébé de couche et qui lui emmenait dans son lit pour qu'elle allaite... Il a dû quelques fois changer de chemises à cause de vomit avant de partir pour là job mais il l'a toujours fait avec le sourire.

Ou bien une au papa croisé ce matin qui poussait une poussette parapluie et qui va prendre le métro avec son petit garçon... Moi je déteste le métro alors avec un kid en plus....

Mais la première marche du podium va au monsieur qui courait l'été dernier avec deux petits minis bébés jumeaux en poussette dans ma rue! Wow!! Sérieusement! Wow!! Moi avec ma fille, j'osais même pas sortir marcher de peur qu'elle se mette à pleurer et que je ne sache pas quoi faire en plein milieu de la rue...

Alors à celles qui disent que les hommes ont moins d'aptitudes parentales que les femmes... Moi, j'y crois pas!

lundi 14 mars 2016

La Montréalaise



Montréal,  je ne t'ai pas connu à ma naissance... ni même dans ma jeunesse...

J'ai préféré Sherbrooke sur mon baptistère et le Bas-du-Fleuve pour ma vie de jeune...

La première fois que j'ai entendu "Demain matin Montréal m'attend...", je me questionnais solidement sur ce que tu pouvais bien avoir de SI spécial pour que quelqu'un t'attende...

Quand je suis parti de ma Région, mon choix n'a pas été Montréal. Non, c'était Québec... c'était moins loin de chez-nous et bien assez grand!!!

Mais... la vie m'a emmené vers toi malgré moi... Pas de coup de foudre... Juste un gros coup de blues... Je me souviens être partie de Rosemont vers... Anjou... au volant de ma petite civic hatchback pour me rendre au travail... La femme qui allait être ma boss m'avait donné les directions (comme si ça allait être SUPER facile me rendre...). Je me souviens comme si c'était hier... être assise derrière le volant en plein trafic sur la rue Sherbrooke près du Stade Olympique et essayer de me rendre jusqu'à Jean-Talon! Hahaha! Nettement pas facile et Nettement pas le meilleur chemin! Mais bon... j'avais suivi les conseils de l'homme!!

Bref... j'étais au volant de ma civic et je voulais juste brailler! Je voulais qu'un Towing me ramène dans le fin fond de mon Bas-du-Fleuve! J'avais sérieusement le mal du Pays!!!

Je me rappelle m'être dit: "Montréal, toi et moi, on ne sera jamais amies!!!"

Après un an en appart dans Rosemont... Nous avons acheté une maison en banlieue! C'était TELLEMENT mieux pour moi. Bon... ça c'était avant que je ne fasse connaissance avec LE trafic... Tsé celui qui te fait te lever à 5h du mat' pour arriver à l'heure à la job un matin d'hiver?

Nous avons eu un enfant dans notre belle Banlieue... Mais... quand est venu le temps de penser au retour au travail... on a vite déchanté... Et... on a choisi de vendre et.. d'acheter à Montréal...

La fameuse Taxe de Bienvenue est un jour arrivée dans notre boîte postale... (en même temps que toutes les autres "asties" de taxes!!) et vous savez quoi? Je ne me sentais pas plus Montréalaise.

J'avais encore peur de toutes les pancartes d'Autoroute qui réfèrent à l'inconnu (Genre 40 Ouest Ottawa / Gatineau! ou pire... Pont Champlain!!!!!)... Je roulais et je me disais... "Vous êtes malades!?! Je ne veux pas sortir de l'Île!! Je suis déjà assez perdue dessus!!!"

Quelques années plus tard, mon homme avait eu le temps d'oublier la vie de Banlieue et l'appel du Cottage avec une haie de cèdre et une piscine l'appelait... Ça fait qu'on a dit Bye à Montréal... J'avais peur mais nous l'avons fait quand même....

Ça n'a pas duré. Même pas deux ans et l'appel de Montréal se faisait sentir. Le trafic me tuait à petit feu...

La deuxième taxe de Bienvenue en moins de 5 ans ne m'a pas fait me sentir plus Montréalaise...

Alors... vous vous demandez sûrement quand est-ce que j'ai bien pu devenir Montréalaise hein?

C'est arrivé surnoisement... Un beau jour à la fin du mois d'août... je suis partie de Rimouski en direction de Québec. La route a été longue et j'ai été pognée dans le Trafic (AKA mon pire ennemi!!) alors que je devais me rendre à Granby récupérer mes deux enfants chéris chez mes beaux-parents... Arrivée à Granby, j'ai pris le temps de dire Bonjour, d'aller aux toilettes, de boire de l'eau... de mettre les valises et les enfants dans l'auto pour reprendre la route en direction de la maison!

J'avais tellement hâte d'être chez-moi!! J'ai pris la 132 plutôt que de prendre la 30 puis la 20 vers le tunnel car je déteste le Trafic! Quand j'ai vu la pancarte qui disait Tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, je sentais que j'arrivais chez-moi!!!!


 Mais... quand j'ai voulu embarquer sur la 20  et prendre le tunnel... c'était jammé ben dur!! Il était pourtant 21h un vendredi soir! C'était quoi le problème???

Le problème, c'était que la veille, un charmant couple et leur véhicule récréatif avaient décidé de traverser le tunnel avec plus de propane que permis et le feu avait pogné! Ça fait qu'en ce beau vendredi soir, c'était le branle-bas de combat pour changer le fillage électrique dans le tunnel... Ça passait de 3 voies à... une voie!!!

Je voyais le Stade Olympique.... si près mais... si loin de ma maison! Montréal, l'autre bord du Tunnel, c'était chez-moi!!! MA maison m'y attendait bien sagement!!

Je voulais brailler!!!! (Et les enfants aussi!!)

C'est là, que j'ai su que j'étais devenue une Montréalaise! Ça fait qu'aujourd'hui... votre Folle trentenaire préférée collectionne les T-shirt de La Montréalaise Atelier!!

Voici deux modèles que je possède et que j'ADORE!!!



Pour magasiner... http://www.lamontrealaiseatelier.com/

MONTRÉAL: JE T'AIME!!

Les poissons gigotent, les poissons barbotent...

Dans une vie antérieure, j'étais sûrement un poisson!

J'adoooooore l'eau! L'eau chaude... J'y suis divinement bien! Je pourrais y passer des heures... D'aussi loin que je me souvienne, j'adore prendre des bains...

Dans mon album photos de petite fille, je prend des bains jusque chez ma grande tante!

J'aime l'eau mais je ne peux pas dire que je prend beaucoup de bains... Avec les enfants, les douches sont plus rapides, plus efficaces...

La journée de prédilection pour les bains... c'est le dimanche.

Ça fait qu'hier, après une semaine haute en émotions et en insomnies, j'ai dit à mon homme qui m'attendait pour écouter un film: "Oublie-moi, je vais prendre un bain!"

J'y ai barboté pendant une heure trente. Une heure trente à lire et à refaire couler de l'eau chaude pour être certaine de ne pas geler!

Puis, après avoir été bien ratatinée (avec les doigts et les orteils en petits raisins secs), je me suis décidée à sortir... J'ai mis le pied hors du bain en attrapant ma serviette et après m'être enrobée dedans, je me suis aperçue dans le miroir.

Je m'attendais à y voir une maman cernée jusqu'au coude. Une maman que je croise dans ce même miroir tous les jours. Ce regard dans le miroir n'a duré que quelques secondes mais... je me suis figée sur place et j'ai failli retomber direct dans mon bain!

J'avais l'air d'Ariel la petite sirène quand elle découvre ses nouvelles jambes et tente de tenir dessus pour ls première fois!

Puis, je me suis souvenue que je m'étais maquillée avant qu'on sorte pour souper au resto! Cette femme dans le miroir. Sans cernes, maquillée et peignée, c'était moi!

La morale de cette histoire... le tiroir à maquillage est plein et parfois... ça fait du bien de s'en servir!

Dans un passé pas si lointain, je me maquillais tous les matins... J'étais belle et pimpante à tous les jours... Je ressemblais à cette femme dans le miroir et je ne manquais pas perdre pied quand je me voyais... Je ne manquais pas perdre pied, non, je ne me trouvais même jamais assez belle....

Alors, la morale de cette histoire, ce n'est pas "maquille-toi à tous les jours"... c'est plutôt "n'oublie pas que tu es belle"!!


jeudi 10 mars 2016

Petite maman

J'ai une maman et j'ai une petite maman!

Ma maman a compris que j'ai 30 ans et que je suis assez grande pour prendre soin de moi.

Ma petite maman, du haut de ses 7 ans, pense que 30 ans, c'est pas une raison pour me laisser aller.

Ça fait que ça donne pendant la relâche des remarques du genre:

Petite maman: "Tu as le droit à combien de café par semaine?"
Moi: "Ben j'en prend 1 par jour et d'autres jours j'en prend pas, pourquoi?"
Petite maman: "Un par jour c'est correct ça?"
Moi: "Oui ma chérie, un par jour c'est correct"

Plus tard dans la semaine...

Alors qu'on attend que la voisine traverse prendre un café avec ses enfants (eux aussi en relâche)...

Petite maman: "Tu as invité M à prendre un café?????" (le tout accompagné de gros yeux!!)
Moi: "Oui, on va prendre un café et jaser pendant que vous allez jouer."
Petite maman: "Tu m'as dit que tu as le droit à combien de café par jour déjà?"

Là... on voit clairement où elle s'en va....

Moi: "Oui mais il y a des journés où je peux en prendre 2, tu sais? C'est correct si c'est pas tous les jours"
Petite maman (septique!!): "Ah ok, parce que ce matin tu en as pris un... alors ça fait 2 dans une journée,,, si tu le fais pas souvent, tu as raison, c'est correct!"

Petite maman me surveille donc sur ma consommation de café!

Mais petite maman ne fait pas que me surveiller...

Quand on prépare le souper ensemble le vendredi soir, elle me lâche parfois un "Maman, on se serre un petit drink?" et dans ces moments là, j'ouvre une bouteille de moût de pomme rosé pétillant (le moût de pomme est sans alcool ne vous inquiètez pas!) et on trinque en jasant.

Je l'aime ma petite maman!


mardi 8 mars 2016

Je reviens avec un méli-mélo!

Non, je n'ai pas le syndrome de la page blanche. Je pense à plein de trucs à écrire mais je manque de temps (ou je ne prend pas le temps, au choix).
Oui, j'ai survécu à la relâche (je me demande encore comment!)

Je vous offre un méli-mélo d'un paquet de trucs qui m'arrivent ou me passent par la tête. Petite lecture légère (on se remet de la relâche quand même).

Je suis frustrée. Vous devriez me voir au volant. Ça donne à peu près ça:

Moi qui regarde le bonhomme dans le char en arrière qui parle au cellulaire...
"Non mais tu te payes un Lincoln, tu me feras pas croire que t'as pas le Bluetooth? Même moi dans mon char qui vaut pas le prix du tien, je l'ai. Tu es un danger public!!!"

Moi qui arrive à un 4 stops (intersection où les véhicules de toutes les provenance doivent faire un arrêt à ce carrefour)...
"C'est pas à moi à y aller!!! Allez-vous arrêter de vous regardez dans le blanc des yeux? Si vous restez figés comme des chevreuils, j'y vais!!"

Moi qui me fait couper par un beau VUS Audi par une femme qui a l'air en sacrament que je ne lui aie pas fait de place avant qu'elle ne me coupe...
"Tu le sais peut-être pas mais sur les Audi aussi y'a des flashers maudite conne!!!!!!!"

Vous pensez que j'exagère? Même pas!!! Les gens qui ont déjà embarqué avec moi pourront vous le confirmer!

J'ai un karma de marde!

Hier matin, j'ouvre la valise de mon char pour mettre les sacs à dos des enfants. J'y vois les deux traîneaux des enfants (mon frère a eu la gentillesse de les emmener glisser quelques jours auparavent).

Je me dis "Heille une chance que j'ai vu ça là, en revenant tantôt, il faut que je les sortes! Me semble de m'être vue ouvrir ma valise de char dans la cour du Costco avec mes gros sacs pis de voir les traîneaux, j'aurais été en sacrament!"

Ça fait que je suis allée porter les enfants mais en revenant, comme il neigeait et que je ne savais pas s'il allait neiger assez pour le déneigeur passe et que j'avais pas envie de stresser avec la neige et le déneigeur, je me suis parkée dans la rue.

Plus tard dans la journée, je me rend au Costco, j'achète assez pour remplir 2 gros sacs du Costco ben ben plein et une boîte de 4 bidons de lave-vitre. J'arrive à mon char... j'ouvre ma valise. Je vois les traîneaux et je lâche un beau gros sacre.

Ça fait que j'ai joué à Tetris avec mes sacs du Costco pis je suis allée faire l'épicerie parce que je suis une vraie fan de Tetris et que c'était donc ben un beau challenge d'essayer de faire rentrer encore plus de stock dans ma valise de char.

Pourquoi tout devait rentrer dans ma valise de char? Parce qu'après, j'allais chercher mon mini à la garderie, ma mini à l'école et l'homme au Métro.

Les enfants ont chiâlé parce que la boîte de lave-vitre était entre leurs 2 sièges d'auto, on a eu ben du fun!

Le bonheur

Le bonheur, c'est quoi ça?

Ça vous arrive d'avoir tout pour être heureux mais de ne juste pas être heureux? Ben moi je suis dans un mood boboche comme ça. Mais paraît que c'est plus normal pour une femme de se sentir boboche que pour un homme.

Je vous réfère à ce charmant article de Josée Blanchette du Devoir:
Le mot en F: http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/464509/le-mot-en-f

Bravo championne

Finalement, réflexion pas rapport que j'ai eu au courant des dernières semaines.

Il y a plusieurs Bravo championne:

Celui moqueur du genre la fille qui prend 40 sacs alors qu'elle n'a que deux mains et les échappent. On dit alors: "Bravo championne!"

Il y a aussi celui quand on est en câlisse: Genre quand, en char, on se fait rentrer dans le cul par une fille qui parle au cellulaire. On dit alors: "Ben oui, Bravo championne! Ça te tentait pas de lâcher ton criss de cell. pis de te concentrer sur la route!?"

Il y a des pas beaux Bravo Championne. Celui qu'on dit à notre fille quand elle revient avec un beau bulletin. On la serre dans nos bras et on lui dit: "Bravo championne, tu as un super bulletin, je suis fière des efforts que tu as fait pendant toute l'étape!"

Comme celui qu'on devrait utiliser le plus selon moi est le dernier, je veux dire un gros

BRAVO CHAMPIONNE ET CHAMPION QUI ONT SURVÉCU À LA RELÂCHE!

mercredi 24 février 2016

Et si le problème n'était pas où tu le crois Bianca?


Chère Bianca,


Je vais te parler ici en tant que maman de deux enfants...


J'ai choisi d'avoir des enfants. D'autres ont choisi de ne
pas en avoir. D'autres ne peuvent pas en avoir.


Je lis ce texte
http://quebec.huffingtonpost.ca/bianca-longpre/tas-pas-denfant-tu-men-dois-une_b_9298618.htmlque tu as écrit ce matin et qui fait énormément jaser aujourd'hui et je me
questionne:


Pourquoi quand on décide quelque chose et que notre décision
apporte du positif dans la vie d'autres gens, on pense qu'ils nous sont
redevables?


Pourquoi serait-ce un mauvais choix de ne pas avoir d'enfant
si tu sais que tu n'auras pas la patience ou les compétences parentales
nécessaires? Ce serait mieux d'élever un monstre qui va détruire la société que
de ne pas en avoir?


Je trouve qu'on généralise trop et qu'on juge trop les gens
d'être égoïste alors qu'on ne se regarde pas assez le nombril.


Es-tu heureuse de ta décision d'avoir 4 enfants Bianca? À la
lecture de ton texte, la réponse semble être oui.


Es-tu heureuse de donner au suivant et ce tant à ton enfant
qu'à ta société? Je crois que la réponse est oui pour le premier mais pas
certaine de ta réponse pour le deuxième...


Je suis d'accord avec toi, la société ne valorise pas le fait
d'avoir des enfants et ne nous fait pas de cadeau mais... La plupart des gens
ne font pas des enfants pour recevoir des cadeaux.


Je donne au suivant autant que je peux et avec plaisir et je
souhaite qu'afin d'offrir un monde meilleur à nos enfants, de plus en plus de
gens en fasse de même.


Tu connais le Karma? Si tu fais le bien, il te reviendra un
jour ou l'autre. Tu donnes quelque chose à quelqu'un (du temps, de l'argent, del'attention, de l'amour, un sourire, etc!!) et bien, pas besoin de demander en
retour, ça viendra tout seul.


Il faut faire confiance et y croire.



dimanche 7 février 2016

Toi, tu penses que l'herbe est plus verte chez le voisin?!?

Dimanche soir, une coupe de bulles, un bain moussant et une bougie.

J'ai un manucure et un pédicure frais faits, la vie est belle!

Je pourrais poster la photo plus haut sur Facebook à mes amis pour montrer comment la vie est belle. Je l'ai-tu dit que la vie est belle?

Ma vie est-elle vraiment belle? L'herbe est-elle plus belle chez-nous que chez-vous?

Sûrement pas! Sur la photo plus haut, on ne voit pas mes copains de bain...



On ne les voit pas parce que j'ai choisi de ne pas vous les montrer... Où est-ce que je veux en venir? Avec les réseaux sociaux, on pense tout connaître de la vie de tout le monde. "As-tu vu le nouveau divan d'une telle?" "Heille un tel est allé faire telle activité avec ses enfants et bla, bla, bla!"

Mais les belles photos ou les beaux petits statuts de "ma vie est belle" ne disent pas tout. Ils veulent dire ce qu'on veut bien leur faire dire, ce qu'on choisi de leur faire dire.

Non, je ne me suis pas ouvert une bouteille de bulles pour le Superbowl. On a reçu de la visite hier soir et c'est le restant d'une bouteille entamée. Mais ça, si je ne vous le dis pas, vous ne le saurez pas.

Même chose pour les belles photos de profil ou les beaux selfies! La majorité des gens qui me croisent au quotidien n'arriveraient sûrement même pas à me reconnaître sur ma photo de profil tellement ils ne sont pas habitués de me voir bien peignée et maquillée! Par contre, montrez leur une photo de moi cernée avec une tuque sur la tête et ils vont me reconnaître en moins de deux.

Ça fait que, avant d'envier l'herbe chez le voisin, dites-vous que c'est peut-être une photo du seul coin vert de son gazon! Tsé tout le reste est peut-être ben jaune mais ça... Il ne vous le dira pas! Et qui sait, c'est peut-être une photo de son gazon il y a 3 ans! Hahaha!

Il faut pas croire tout ce qu'on voit... Soyez donc critique comme quand vous écoutez un film et que vous lâchez un "ben oui mais c'est un film!!" Ou "voir si ça arrive comme ça dans la vraie vie!!"

Pour finir, voici une superbe image de Mathou de Crayon d'humeur qui résume tout:


lundi 1 février 2016

Maman est là

Maman est là...

Le matin quand vous vous levez, maman, qui n'est pas du matin pour 2 sous, est là. Elle est sur le pilote automatique. Elle vous accompagne dans votre séance d'habillement. Elle vous prépare un déjeuner santé. Elle prépare le lunch de cocotte et des collations pour la journée. Elle vous brosse ensuite les dents. Elle prépare vos sacs et attache vos manteaux d'hiver. Elle s'assure que vous ayez vos gants et bien mis votre cache-cou qui vous semble si inutile. Elle vous attache dans l'auto. Elle met de la musique que vous aimez. Elle va reconduire cocotte a l'école et ensuite coco au CPE.

Durant la journée, maman n'est pas là. Elle fait quoi? Personne ne le sait on dirait.

Vers 16h, maman se rend au CPE pour ramasser coco. Elle est encore sur le pilote automatique.... Elle pense au souper, aux devoirs, à l'heure du bain. Elle stresse car elle a peur de ne pas avoir assez de temps... Elle ramasse les habits de papa chez le nettoyeur en chemin et finalement arrive à l'école. Elle se cherche un parking, entre avec coco dans l'école, signe le registre et s'assure que cocotte n'oublie rien avant de reprendre la direction de l'auto avec toute la belle gang.

Maman est là mais elle ne respire toujours pas. Elle est essoufflée. 

Après un arrêt à la poste, maman arrive à la maison. Une autre course commence. Celle qu'elle a en tête depuis qu'elle a ramassé coco au CPE.

Maman aimerait bien s'asseoir sur le tapis du salon et vous faire des câlins sans stresser pour le souper pas prêt, les devoirs ou le bain. Maman aimerait croire que la Terre ne s'arrêtera pas de tourner si on prend une pause. Mais maman veut ce qu'il y a de mieux pour vous. Elle sait que si on retarde trop, vous allez vous coucher plus tard et être fatigués demain.

Maman vous borde après vous avoir brossé les dents, vous avoir lu une histoire, vous avoir chanté une chanson...

Cocotte tombe de fatigue mais coco n'arrête pas de se relever. Maman est épuisée. Elle aimerait tellement que coco dorme et reprenne des forces pour être souriant...

Maman aimerait elle aussi se reposer.

Maman fait des recherches... Elle aimerait trouver la recette magique qui ferait dormir coco. Elle va souvent s'étendre avec coco en lui disant qu'il peut s'endormir, que "maman est là"...

Coco ne dort pas... Et maman à force de chercher a trouvé un texte sur les enfants qui ne veulent pas dormir car ils aimeraient passer plus de temps avec leurs parents de qui ils s'ennuient.

Maman se rend compte qu'elle est là... Elle est là pour faire tourner la roue de la routine... Elle est là pour s'assurer que vous ne manquiez de rien. Elle est là pour s'assurer que les poubelles sont vidées, les rouleaux de papier de toilettes changés, la maison nettoyée, la vaisselle soit propre, le frigo plein, vos vêtements lavés et pliés avec soin dans vos tiroirs. Elle s'occupe aussi des rendez-vous, de vous acheter des vêtements pour remplacer ceux perdus, troués ou devenus trop petits et d'aller vous voir lors de vos spectacles ou de vous accompagner à l'école lorsque des parents sont demandés.

Maman s'occupe aussi de vos deux petits amis chats. Elle vide leurs litières, leur donne à manger et à boire. Elle va leur acheter à manger et même parfois des gâteries.

Elle est là pour tout ça et parfois, elle en a tellement à faire qu'elle oubli de jouer, de sourire, d'être simplement là...

Aujourd'hui, maman a mis de côté un paquet de chose quand petit bébé chat pas colleux pour 2 sous est venu se coucher entre ses jambes pour dormir en sécurité.




Maman a envie de vous dire "Maman est là" et de l'être à 100%.

Ça implique que des fois, il y a des choses qui ne seront pas faites. Mais ça, c'est à maman de l'assumer.

Parce que... La folle trentenaire, elle a choisi d'être une maman et ça aussi, il faut l'assumer xx

mercredi 27 janvier 2016

La maladie des incompris



Cette photo a été prise fin mars 2012. Deux semaines plus tard, après des mois de médication et de séance avec une psychologue, j'étais dans le bureau de mon médecin en larmes et je lui demandais: "Est-ce qu'il y a une place pour le monde comme moi?!"

Il y a des maisons pour les personnes âgées ou en perte d'autonomie et des centres de désintoxication pour les alcoolique ou les drogués mais les fous vont où eux?!

La réponse? J'aurais pu être admise en psychiatrie à l'hôpital quelques jours avant de fêter la première année de vie de mon garçon.

La dépression, elle a plusieurs visages, elle a plusieurs histoires. Il y a des points éléments communs entre ces visages ou ces histoires mais il y a aussi dès différences.

Elle nous fait perdre gros! Questionnez-moi sur cette période et je suis certaine que je ne pourrai vous répondre.

Quand est-ce que mon fils a parlé? C'était quoi son premier mot? Quand est-ce qu'il s'est assis ou à rampé pour la première fois? Aucune idée. Pourtant, je m'occupais de lui. J'étais présente de corps mais la tête n'y était pas...

Mon couple a aussi failli y passer. Comment aimer quelqu'un qui n'a plus de raison de vivre? Comment aimer quelqu'un qui n'est plus capable d'être heureux? Et à l'inverse, comment être à l'écoute des besoins des autres quand tu ne peux même plus t'occuper des tiens.

Nos proches aussi en ont souffert... Quand ils ne savent pas ce qui se passe et qu'ils sont mis de côté car on ne veut plus voir personne. On ne veut pas qu'ils voient ce qui se passe chez-nous! On a plus la force de faire semblant!

Ce que je me souviens? J'achetais des fruits à l'épicerie mais les seuls que mes enfants mangeaient, c'était des bleuets... Pourquoi? Parce que je n'avais pas l'énergie d'equeuter des fraises...

Est-ce que j'avais l'air malade? Pour mes proches, ceux qui ont vu les kilos me fondre sur le corps, oui. Est-ce qu'ils pouvaient deviner ce que j'avais non?

Pour les nouveaux voisins, j'avais l'air d'une femme tout à fait normale qui perdait du poids suite à l'arrivée d'un bébé. J'avais l'air d'une femme qui avait la vie rêvée. Un beau gros cottage en banlieue avec une piscine et une grosse haie de cèdres! J'avais un gros VUS et une sacoche griffée!

Pour la caissière à l'épicerie, j'avais l'air d'une femme fatiguée par l'arrivée d'un nouveau bébé et une fillette de 3 ans.

Pour mon chum, j'étais l'ombre de la femme qu'il avait connu un jour.

Pour moi, je n'étais plus rien.

Nous sommes maintenant en 2016, je suis toujours en vie!


Mon message pour tous ceux qui souffrent de la maladie des incompris (celle qui ne se voit pas mais qui nous démoli de l'intérieur): on peut s'en sortir!

Signé: la folle trentenaire! xx



dimanche 24 janvier 2016

Conversation avec un enfant qui dort ou Truc de Supermaman!!!

Image de Mathou chez Crayon d'humeur


Mise en situation:

Vous dormez paisiblement dans votre lit ultra-confo et vos couvertures toutes chaudes! Quand tout à coup... Vous vous réveillez en sursaut! Un cri! Mais pas n'importe lequel! Le call de Supermaman!!
"Maaaaaaaaaammmaaaaaaaaaaaaaaann!!!!!!!!"

Ce fait que...

Vous sortez du lit et allez à la rencontre du charmant enfant... Il est assis dans son lit (tout en dormant!). Vous lui dites que vous êtes là, vous le recouchez sur son oreiller et prennez le temps de l'abriller (oui, oui, ce mot existe!!) le tout pendant qu'il chiâle et braille comme un perdu! Vous vous couchez ensuite doucement en cuillère avec lui et lui dites "Maman est là, calme-toi". Mais, la formule magique ne fait pas effet! Il chiâle encore "Nooooooon" Ça fait que vous passez à la vitesse V! "Est-ce que tu veux que maman s'en aille!?!" Il répond par la négative et se calme! Alleluia!

Mais, l'enfant qui dort a une question! "Maman, dis-moi c'est lequel!!" Votre réflexe serait de demander à l'enfant qui dort "Mais lequel quoi mon amour?". ERREUR! Supermaman le sait, elle a fait cette erreur plusieurs fois avec la grande soeur de charmant-enfant-endormi-qui-parle... S'en suit alors une colère car vous devriez comprendre VOYONS!

Ça fait que vous passez en vitesse GRAND V! Parce que vous avez bien hâte de retrouver votre lit bien chaud... Vous répondez tout de go "C'est le bleu!" (Panique dans votre tête... et s'il fallait répondre un chiffre au lieu d'une couleur!?!). L'enfant endormi vous réplique "Mais maman dis-moi vraiment la vérité, c'est lequel??". Tenez-vous en à votre première réponse! "C'est le bleu, vraiment le bleu!!" Bon ensuite, il vous demande "Pourquoiiiii???" PAS DE PANIQUE!! Vous répondez simplement "Parce que c'est comme ça mon amour. Maintenant fais un beau dodo! Je t'aime" et sauvez-vous (en marchant pour ne pas l'affolez). Sachez que c'est le seul temps ou vous pouvez répondre à un enfant "parce que c'est comme ça", le reste du temps, ils sont trop éveillez et vont vous dire que ce n'est pas une réponse!

Ça fait que vous regagnez votre lit en moins de 5 minutes, vos couvertures sont encore chaudes et vous êtes tellement brûlé que vous vous rendormez dès que votre tête touche l'oreiller!

vendredi 15 janvier 2016

Retour à la routine

Le retour à la routine.... Je souffre!!!!!!

Non mais sans blague, j'en ai des brûlements d'estomac!

Pourquoi une habitude se perd si rapidement alors que ça prend en moyenne 2 mois pour en créer une?? ( si ça vous intéresse: voici le lien d'un article super sur Combien de temps faut-il pour prendre une habitude )

J'hésite encore sur quel aspect du retour à la routine est le plus chiant! difficile...

Se lever en sachant qu'on a un nombre de temps X avant de devoir être dans la voiture avec les enfants? (lire ici: ne pas pouvoir prendre son café tranquillement sans stress avant d'entreprendre quoique ce soit! ou devoir s'habiller pour sortir?)

La préparation des collations et des lunchs pour l'école? (lire ici: ne pas pouvoir décider à la dernière minute ce qu'on va manger? "Hey les enfants, il reste un restant de ça ou je peux vous faire un sandwich! On mange dans 5 minutes!")

Les devoirs? (lire ici: rien de plus à ajouter! Tous les parents qui ont des enfants d'âge scolaire comprendront!)

Et chez-vous? Ça se passe bien le retour à la routine après le long congé des fêtes?!?



samedi 9 janvier 2016

Y croyez-vous?!

J'ai parfois été naïve et j'ai parfois été Thomas (http://www.expressions-francaises.fr/expressions-e/2534-etre-un-saint-thomas.html)...



Ma mère m'a souvent raconté quand j'étais plus jeune qu'un homme important avec qui elle avait travaillé lui avait dit que j'allais être une femme très intelligente. J'étais dans mes premières années de vie quand il m'avait "rencontré". Il lui avait dit que ça se voyait dans mes yeux.

Je ne sais pas si c'est vrai ou si c'est une histoire inventée qu'elle me racontait pour me rendre plus forte mais je m'en suis toujours rappelé. Je n'y ai pas toujours cru... Je devais l'apprendre par moi-même...

Cette petite histoire était là, cachée dans un petit tiroir dans ma tête prête à revenir à tout moment! Ça m'a pris du temps y croire... Et parfois, je laisse encore des gens me faire douter...  Je me lance donc ce défi: croire en la femme intelligente que je suis.

Ce pouvoir est en moi. Il existe plusieurs formes d'intelligence et aucune n'est supérieure ou inférieure aux autres.

Et vous croyez-vous en vous? Vos talents, vos capacités? Vous arrive-t-il de douter?