lundi 11 juillet 2016

Tout recommencer...



Si vous m'aviez rencontré à 10 ans, à 15 ans, à 20 ans et même à 25 ans et que vous m'aviez dit qu'un jour, j'allais trouver que la vie va trop vite, je ne vous aurais jamais cru...

Au primaire, je rêvais d'être une adulte. Je me voyais porter un tailleur et des talons hauts. J'avais hâte d'entrer au secondaire pour me rapprocher le plus vite possible de ma vie d'adulte.

Au début de mon secondaire, la vie n'avançait jamais assez vite. Je me tenais avec du monde plus vieux que moi, comme si ça allait m'aider à arriver à l'âge adulte plus vite! 

Au milieu du secondaire, je côtoyais très peu de gens. Dans ma tête, ces ados-là et moi, on était pas à la même place. Moi, je voulais être une adulte. J'étais sérieuse. Je voulais être avocate.

Vers la fin du secondaire, j'avais réussi à me faire quelques amis de mon âge mais je travaillais, j'avais un chum plus vieux que moi et je rêvais toujours d'être une vraie adulte! J'étais sérieuse. Trop sérieuse et ma vie n'avançait pas assez vite. Certains étudiants qui étaient avec moi en français m'appelaient "l'avocate" et c'était pas pour être gentils... Au fil du temps, on a tous appris à se connaître, ils ont bien vu que c'était une grosse façade et je suis devenue la "gentille avocate". 

L'été de mes 17 ans, je l'ai passé à travailler, à sortir dans les bars et à vivre à temps partiel dans l'appartement de celle qui était devenue ma meilleure amie! Elle était à peine plus vieille que moi mais elle avait une "vraie" job et était dans le vrai monde.

Le cégep... Quelle farce! J'avais choisi de faire un pré-universitaire en sciences humaines pour aller plus vite à l'université.... 

Rien ne s'est passé comme je voulais. J'ai fini par m'inscrire au BAC en administration des affaires... Trop peur de me planter en droits et de donner raison à mon chum qui me disait "Je pense pas que tu serais bonne là-dedans. En plus, c'est très compétitif." Moi qui avait toujours été perfectionniste et qui avait toujours voulue être meilleure que les autres... J'ai eu peur. Peur d'essayer... Peur d'échouer... Je manquais de confiance en moi... En mes capacités... En mon intelligence.

La vie n'a pas avancé plus vite par la suite... Ben non! J'ai décidé de convertir mon BAC en certificat et de travailler à temps plein plutôt qu'à temps partiel comme agente d'assurances. J'étais bonne, j'étais mince, belle et intelligente. Je réussissais bien et j'étais certaine de grimper les échelons bien plus vite en choisissant ce scénario là.

Mon chum était plus vieux, il voulait une maison. Ça tombait bien, j'avais une vraie job et là, avec une maison, j'allais être une vraie adulte! Moins de 6 mois après avoir acheté la maison (et à peine plus en tant qu'employée à temps plein!!), on a décidé d'avoir un enfant. Il approchait la trentaine et il ne voulait pas se voir collé avec des enfants à la maison à l'âge de sa retraite.

Le bébé, ça m'éloignait de la carrière mais c'était temporaire! Je suis revenue au boulot après 9 mois de congé de maternité. Une collègue qui avait un cheminement assez collé au mien et avec qui j'avais été en compétition pour une promotin était rendue pas mal plus loin que moi après ces quelques mois où j'étais en "congé" mais j'avais bon espoir de la rattraper...

Dans mes rêves... oui!

Je suis revenue et on m'a dit "tu dois recommencer à zéro et refaire tes preuves. By the way, on a changé le processus alors compte par sur une promotion avant au minimum un an et demi!

Je n'allais pas laisser les choses se passer comme ça. Si tous les chemins menaient à Rome, j'avais simplement à changer de département et donner mon 110% pour arriver à avoir le poste que je désirais en moins d'un an et demi.

Et c'est ce que j'ai fait. J'ai vécu ma vie à cent milles à l'heure! J'ai enchaîné les projets, les idées et les rencontres avec ma directrice.

Elle me disait qu'il fallait prendre mon temps. Elle ne comprenait pas que c'était une course! Je détestais ma job, je n'allais pas faire ça pendant des années voyons!

Puis, le 2e bébé est arrivé... Et là, je me suis demandée où la "MOI" que j'avais toujours voulu être était passée... Le temps était passé... Trop vite. Je n'avais rien savouré... J'avais une tonne de regrets et à peine 25 ans passé...

Mais... Cette prise de conscience a été passagère... Je suis retombée dans le "c'est pas vrai que je vais faire une job que je déteste toute ma vie et que je vais brailler sur mon sort avec "même pas de diplôme" en plus!!!" Je me suis relancée dans une année folle au travail. Je préparais mes tout-petits le matin, je les embarquais dans mon gros VUS, on bravait le trafic, je les "droppais" au CPE et je filais au boulot. À 17h, je les repognais et on retournait jouer dans le trafic. Les jours étaient des courses! Mais c'était pas grave, quand on court, on avance plus vite non?

Je suis tombée malade, un an à la maison... Un an à voir la trentaine approcher au travers des migraines infernales.

Un jour, elles se sont calmées et je suis retournée travailler... J'avais beau essayer de m'accrocher, je détestais cette job que je ne pouvais pas quitter. Au final, c'est elle qui m'a quitté et ce fût une des plus belles choses qui soit arrivée dans ma vie.

J'avais une chance. La chance de pouvoir recommencer ma vie à 30 ans.

Si vous m'aviez dit à 10 ans, 15 ans et même pendant mes années de Cégep que je déciderais de retourner aux études en droit à 30 ans... Je ne vous aurais pas cru. Je vous aurais répondu: "Impossible, à 30 ans, je vais être avocate."

Je ne regrette rien de ce que j'ai vécu. J'ai tellement appris! Et maintenant, je suis prête pour être une version encore meilleure que celle que j'avais imaginé plus jeune...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Partagez votre folie!